vendredi 13 juillet 2007

Un blogcolis, une omette à ma façon, et un week-end en Suisse

Hier j'ai fait partir un colis de douceurs sénégalaises... Destinataire top secret pour le moment.

Avant de vous abandonner à nouveau pour un long week-end à Zurich, je vous glisse une recette pas chic pas chère, faite de fonds de frigo mais joliment colorée et goûteuse. Il restait des poivrons grillés, des oeufs, quelques tranches de pancetta, du parmesan râpé, un reste de coulis de tomate dans le frigo. De quoi faire une petite omelette très sympa, une lointaine réinterprétation de la piperade.

Omelette à ma façon

1. Mélanger 2 oeufs (par personne) avec les poivrons coupés en morceaux (ainsi que le jus qui les accompagne) + un trait de coulis de tomate (au pif), un tour de moulin de 5 baies, une pincée de piment doux (j'aurais voulu mettre du piment d'Espelette mais il est dans la caisse maritime...), une petite gousse d'ail passée au presse-ail (facultatif si c'est un dîner en amoureux), 1 c. à soupe d'huile d'olive, 1 c. à soupe de parmesan. Je ne mets pas de sel, la pancetta est souvent très (trop) salée surtout celle que j'avais en stock, produit de base en emballage sous vide, et le parmesan est salé aussi.

2. Griller la pancetta découpée en morceaux dans 1 c. à soupe d'huile d'olive, à feu vif, jusqu'à ce qu'elle soit bien dorée et croustillante.

3. Verser le mélange oeufs-poivrons, cuire l'omelette à feu moyen jusqu'à ce que le dessous soit bien doré. Le dessus peut rester un peu baveux, c'est fonction de chacun (moi j'adore). Au moment de servir on peut parsemer de basilic frais ciselé.



Après ces journées grises et froides, la météo suisse va sembler torride : 30 à 35° en journée ! D'habitude quand je voyage dans les pays germaniques je tombe sur des périodes franchement maussades... L'année dernière fin août en Bavière, au bord du Danube, il ne faisait pas plus de 10° bien arrosés. Cette fois je vais pouvoir flâner au soleil et au bord du lac de Zurich, escalader les collines de la ville, faire du lèche-vitrines, entre deux conférences... voire à la place des conférences... C'est drôle mais sous ce soleil renaissant je me sens d'humeur à faire l'école buissonnière ; - ))

A très bientôt donc !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire