jeudi 20 septembre 2007

De l'aigre-doux au sucré-sucré : figues rôties au miel sur un sablé aux amandes et à l'huile d'olive, glace au lait d'amandes

Pfff... encore un titre à rallonge qui sent la snobinardise à plein nez, pas vrai ? Mais pour qui elle se prend, cette Natalia ? Elle qui ricane avec dédain devant les cartes inutilement alambiquées de certains restos...

C'est ainsi, il faut toujours que je donne le plus de précisions possibles quand je m'exprime. Au risque de devenir ennuyeuse. Impossible de simplifier, d'aller à l'essentiel. Ce qui ne garantit pas que l'info passe auprès de mon entourage : en matière d'efficacité communicationnelle, je suis sans doute assez proche d'Aurélie.

Après les dégringolades culinaires et morales de la fin de semaine dernière, j'ai eu plusieurs fois l'occasion de me consoler, et qui dit consolation, dit douceurs, sucre. Oui, le cornichon à 4h du mat', ça va bien de temps en temps, mais faudrait pas en faire une habitude, voire une thérapie, ça décape un peu trop l'oesophage. Je suis suffisamment ulcérée par la vie comme ça !

Donc, dans la série des douceurs consolatrices, il y avait :

1. Un gâteau au chocolat et aux framboises, de quoi faire remonter une chocolatémie tomblée dans les chaussettes, comme dirait J. La photo vous en dira plus qu'un long discours...




Ce n'est pas moi qui l'ai fait, ce gâteau, c'est la Maison du chocolat. La ganache chocolat-framboise qui couvre le biscuit est irrésistible pour l'oeil (la couleur acajou...) comme pour les papilles.

2. Un Elixir d'amour à l'Opéra Bastille, un vrai petit bijou d'opéra. Depuis le célébrissime air de Nemorino, Una furtiva lagrima... me trotte dans la tête.

3. Enfin, une virée au Loir dans la théière avec La Mangue, histoire de partager quelques-uns des traits les plus atypiques de notre moi profond, vautrées dans des fauteuils en cuir, devant un crumble aux pommes et une tarte aux pêches et au romarin (énorme dans l'assiette, légère dans l'estomac, jouissive pour la vue comme pour le palais). N'allez pas croire que c'était une séance d'auto-psychanalyse, hein ? Juste une façon compliquée (nataliesque, donc) de dire qu'on a papoté sans rencontrer d'obstacle à la compréhension mutuelle (enfin je crois...)

En souvenir d'un regard gourmand posé, au moment de quitter le Loir, sur une alléchante tarte aux figues, j'ai eu envie de marier ces fruits (dont je suis une adoratrice inconditionnelle) avec un sablé bien croquant à l'huile d'olive.

Si j'étais un peu plus au courant de ce qui se passe sur la blogosphère, j'aurais opté pour un sablé aux noix plutôt qu'aux amandes, histoire d'apporter ma contribution au jeu de Marie-Laure, A vos casseroles. Tant pis, ce sera pour une prochaine recette. De toute façon, les figues, je peux en manger une douzaine tous les jours.

Ce dessert façon tartelette se sert tiède ; pour le plaisir du contraste chaud et froid, je l'ai accompagné d'une boule de glace au lait d'amandes et aux macarons Picard (on peut faire la glace soi-même mais pour un dessert improvisé, celle de chez Picard est très bien, quoique un tout petit peu trop sucrée à mon goût).



Je vous livre ici un premier état de la recette, non sans douter quelque peu des proportions pour les sablés. En fait, j'ai fait un peu comme ça, au pif, et je ne me souviens plus exactement des quantités d'amandes, de sucre et de farine employées. Il faudra que j'en refasse pour être sûre de mon coup (avec des noix ?)...

Pour les sablés (d'après ma mémoire approximative de trentenaire déclinante) :
- 20 g d'amandes effilées ou entières
- 20 g de beurre salé
- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
- 40 g de farine
- 10 g de cassonade
- 1 pincée de cannelle en poudre

Pour la garniture :
- 6 petites figues mûres à point
-1 c. à soupe de miel
- 1 pincée de cannelle en poudre
- 2 c. à soupe d'amandes effilées
- de la glace au lait d'amandes François Théron (chez Picard)

1. Préchauffez le four à 200° (thermostat 6-7). Dans un robot, mélanger les 40g d'amandes effilées, le beurre salé bien froid, la farine et la cassonade, l'huile d'olive, la cannelle. Actionnez le robot par à-coups de manière à obtenir une sorte de pâte à crumble.

2. Prenez 2 moules à tartelette individuels et tassez la pâte obtenue dans les fonds (inutile de beurrer s'ils sont anti-adhérents). Enfournez pour 10 minutes environ en surveillant bien la cuisson. Sortez les sablés du four, laissez tiédir et sécher un peu avant de les démouler sur une grille (ils sont très friables et risquent de se casser si on les démoule dès la sortie du four). On peut confectionner ces sablés d'avance, c'est encore mieux, ils sont beaucoup moins fragiles et plus croquants le lendemain.

3. Chauffez à nouveau le four, sur position gril. Disposez les sablés (tièdes ou froids) sur une plaque. Coupez 5 figues en quatre, la figue restante en deux (dans la largeur). Disposez les quartiers en rosace sur les sablés, côté peau vers le bas. Terminez en mettant une moitié de figue au centre de chaque tartelette (toujours côté peau vers le bas).

4. Comprimez légèrement les fruits pour qu'ils couvrent les sablés de manière homogène et adhèrent bien (à l'aide d'un film alimentaire posé sur les tartelettes, par exemple). Puis arrosez de miel et passez au gril quelques minutes.

5. A part, faites griller les 2 c. à soupe d'amandes effilées à la poêle, à sec.

6. Dressez les tartelettes sur des assiettes et servez avec une boule de glace au lait d'amandes.




Dégustez sans tarder, la glace fond si vite qu'on n'a pas le temps de faire une photo digne de ce nom ! Ne vous fiez pas à l'apparence rustique de la présentation, c'était pas mal du tout, peut-être un rien trop sucré quand même, mais c'est surtout la faute à la glace Picard. J'en ai tenu compte dans les proportions indiquées ci-dessus (moins de cassonade dans le sablé, moins de miel sur les figues), mais la prochaine fois, sûr, je sors ma sorbetière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire