mercredi 28 avril 2010

Petites crèmes 100% caramel. Ouf, les vacances sont finies (les cours aussi)

Ni billet, ni recette, ni réaction à vos commentaires. Pourquoi n'ai-je point écrit une ligne sur ce blog depuis plusieurs semaines ? Parce que j'étais en vacances (comme toutes ces feignasses de profs - do you see what I mean ?)

J'ai joué à la maman (la nounou aussi était en vacances). J'ai pioché, retourné, semé, planté, arrosé, désherbé. Décollé 2 couches de papier peint sur les murs et plafonds de la salle de bains et du couloir (tout ça pendant les mini siestes de mini K.)

Côté cuisine : beaucoup de choses, peu de photos. Un risotto aux asperges vertes partagé avec A., des crèmes aux morilles, une gelée citron vert-passion (fruits rapportés de Guyane par B.), des fenouils au balsamique blanc et aux zestes de citron (un vrai délice, je vous en reparle bientôt), une tatin de navets nouveaux, un délicieux curd citron-basilic, des cookies tout simples et classiques et des petites crèmes 100% caramel - le plus efficace des desserts quotidiens, quand on n'a pas envie de se prendre le chou.

Mini K. a adopté la brioche et les madeleines maison, elle ne veut plus des biscuits pour bébé et n'aime rien tant que les fraises (oubliée la passion hivernale pour les clémentines, ce n'est plus de saison, voyons). 

Par bonheur, non seulement les vacances sont terminées, mais les cours s'achèvent cette semaine à l'Université. Place à la glandouille pré-estivale : réunions, examens (1re, 2e session), jurys, soutenances, délibérations, recherches, colloques, articles à rédiger, nouveaux cours à préparer. A partir de lundi, je vais me terrer dans les dépôts d'archives et les bibliothèques pour ne pas céder à l'appel de la chaise longue sur la pelouse ensoleillée.

Petites crèmes 100% caramel



Ingrédients pour 6 ramequins individuels : 
- 40 cl de lait demi-écrémé
- 10 cl de crème liquide entière
- 3 oeufs
- 125g de sucre blanc en morceaux ou en poudre
- 1 pincée de fleur de sel
- 1 cc d'extrait de vanille liquide 

1. Battez les oeufs en omelette dans une jatte. Portez le lait, la vanille, le sel et la crème à frémissement, puis retirez du feu. Préchauffez le four à 180°C, thermostat 6.

2. Préparez un caramel : disposez le sucre dans une grande casserole bien propre (très important). Mouillez avec 1 cs d'eau, faites chauffer sans quittez votre préparation des yeux. Remuez un peu le sucre en prenant la casserole par le manche (ne touchez en aucun cas le sucre avec des ustensiles). Cela permet d'homogénéiser la cuisson.

3. Lorsque le sucre atteint une couleur assez foncée (marron plutôt qu'ambrée), versez le mélange de lait et de crème sur le caramel tout en remuant vivement. Attention aux projections. Le mélange va mousser et monter jusqu'aux bords de la casserole (c'est pourquoi il faut qu'elle soit grande, sinon, débordement assuré). Si tout le caramel n'est pas dissous, remettez l'ensemble sur feu très doux tout en remuant.

4. Versez le contenu de la casserole en un mince filet sur les oeufs battus, sans cesser de fouetter, afin d'éviter une coagulation qui serait fatale à la consistance de la crème. Répartissez dans des ramequins et glissez au four au bain-marie pendant 45 minutes environ (cela peut aller de 35 minutes à 1h selon les fours et selon vos ramequins). La consistance idéale est comparable à celle d'une crème renversée. Méfiez-vous car la cuisson provoque la formation d'une "peau" sur le dessus qui donne l'impression que la crème est prise au centre, or ce n'est pas toujours le cas. Vous prendrez vos repères avec la pratique... Trop cuites, ces crèmes sont moins agréables au palais, ne prolongez donc pas trop la cuisson.

5. Laissez refroidir puis glissez au frigo. Accompagnez la dégustation de caramels mous si vous êtes vraiment en manque de douceur... c'est un peu too much, je vous le concède. Mais il y a des moments où l'appel du sucre est irrésistible.

vendredi 9 avril 2010

Renaissance

Pour la première fois de ma vie, j'assiste à l'éclosion du printemps dans un jardin. 
Ce jardin, notre jardin, nous le découvrons seulement maintenant, après ces longs mois de nudité et de tristesse. Une poussée de sève et de verdure, des couleurs vives ou douces, des chants d'oiseaux animent cette nature renaissante. Aujourd'hui, c'est aussi le premier printemps de mini K. Un jour, nous regarderons ces photos ensemble et je lui raconterai le mois d'avril 2010.