mercredi 27 juillet 2011

Biscotti, croquets ou croquants. Nostalgie du Sud.

Je ne sais pas vous, mais moi, j'en ai ras-le-bol de cet été qui ressemble à un mois d'avril (pas un mois d'avril 2011, vous l'aurez compris). Je rêve de vacances, de vraies vacances : dans un coin du Sud où la question du beau temps ne se pose même pas, où l'on respire l'odeur de la végétation méditerranéenne, où il fait chaud et sec. 

La réalité, c'est qu'en ce moment je sillonne la grande moitié nord de la France, de Poitiers à Paris, de Paris à Bordeaux (par erreur, je me suis trompée de quai ! Un acte manqué pour faire une incursion dans le Sud, sans doute...), de Poitiers à Royan, de Poitiers à Lyon (en passant par Massy ou par Roissy, c'est selon...). Je scrute les neumes, j'ausculte des parchemins de mille ans d'âge, je négocie le droit de les prendre en photo.

J'escalade la colline de Fourvière pour rejoindre, après des centaines de marches d'escalier (pas moyen d'y aller autrement), un dépôt d'archives installé dans un ancien couvent de Carmes déchaussés (je suis montée à pied, mais chaussée...) 



Je me nourris de sandwichs TGV. Je commence à bien connaître la gamme... En ce moment, il faut éviter tout particulièrement le Bagnat au thon et le jambon-fromage au pain Max Poilâne, ce sont deux horreurs ramollo-caoutchouteuses). Quant au wrap il ne nourrit pas son homme, c'est vrai... mais il est mangeable, pour peu qu'on aime ce genre de chose. Je me réchauffe aux boissons lyophilisées des distributeurs automatiques, c'est imbuvable mais tant pis, pas de place pour un thermos dans les impedimenta que je dois déjà charrier en pareilles circonstances.

Voilà la vie du chercheur : on va là où sont les sources (ce ne sont pas toujours de grandes métropoles, loin de là). On s'y arrête le plus longtemps possible, mais ce longtemps-là est toujours trop bref pour travailler sereinement. L'Université ne donne pas un sou pour les frais d'hôtel, le CNRS parfois, si on planifié son voyage un an à l'avance. Le plus souvent, le déplacement professionnel est à la charge du brave petit enseignant-chercheur et non de son employeur.

En deux jours, il faut voir tous les documents pour lesquels on a fait le voyage, auxquels s'ajoutent tous ceux qu'on découvre au hasard des dépouillements ou de discussions avec l'archiviste. Ce dernier, heureux de pouvoir "aérer" 25 cartons de fragments non identifiés parmi lesquels le passionné chercheur va dénicher un magnifique document en neumes lyonnais (dont personne n'aurait soupçonné l'existence, pas même lui, et dont tout le monde se fiche à part lui, bien sûr, mais qui le met en joie pour quelques heures, voire quelques jours). 

Revenons au Sud et à des bonheurs plus concrets, que ne dédaigne pas le chercheur de retour at home. Il se remet aux fourneaux et laisse décanter un peu ses élucubrations sur les neumes lyonnais ;-) 


*******

Biscotti


Comment se faire plaisir en vacances lorsque la météo est pourrie et qu'il y a des estomacs insatiables autour de soi ? En préparant de petits gâteaux à manger à tout heure du jour. 

On oublie, pour cette fois, les sablés et galettes pleins de bon beurre frais pour regarder côté Sud avec une recette de gâteau sec typiquement méridional : le biscotto ou croquet ou croquant. Tous ces mots désignent des "biscuits" au sens propre, c'est à dire des gâteaux cuits deux fois. 

Biscotti, croquets, croquants, vous adopterez le nom qui sonnera le mieux à vos oreilles. Pour une fois, je ne suis pas venue pinailler sur le vocabulaire. Proftez-en !! 

Ces bis-cuits sont d'une simplicité biblique. Point de repos de la pâte, point de façonnage à l'emporte-pièce, point de dorure ni de réfrigération avant cuisson. Il suffit de rouler la pâte en forme de boudin, de faire cuire, puis de couper en tranches et de recuire un peu.

Pour 30 à 40 biscotti :
- 215g de farine T45
- 150g de sucre roux
- 100g d'amandes entières non mondées
- 25g de pistaches (poids décortiquées ; elles peuvent être éventuellement grillées, mais bien sûr pas salées)
- 25g d'écorce de citron confit coupée en petits dés
- 2 petits oeufs
- 1 c. à café de levure chimique

1. Préchauffez le four à 160°C. Travailler les oeufs et le sucre au fouet électrique, ils doivent mousser et blanchir. 
2. Tamisez la farine et la levure, incorporez les amandes, les pistaches, l'écorce de citron confit.
3. Versez ce mélange dans la jatte contenant les oeufs et le sucre. Continuez à battre au fouet électrique pendant 1 minute, la pâte obtenue doit être assez ferme.
4. Garnissez une plaque à pâtisserie de papier siliconé. Formez deux boudins de pâte d'environ 5 cm de large, que vous disposerez côte à côte. 
5. Faites cuire 40 minutes. Sortez du four, laissez les "pains" refroidir un peu, puis coupez-les en tranches de 1 cm de large.
6. Disposez les tranches sur la plaque à pâtisserie (toujours garnie de papier siliconé) et faite cuire 10 minutes supplémentaires. Les biscotti vont sécher et dorer très légèrement. Ne prolongez pas trop la cuisson pour ne pas qu'ils deviennent durs. Laissez refroidir sur une grille. Ils se conservent plusieurs jours, en principe*, voir plusieurs semaines si vous les protégez de l'humidité ou de la chaleur (dans une boîte métallique).

*Planquez la boîte si vous voulez en profiter au-delà du premier jour... 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire