dimanche 21 août 2011

Vacances, ou pas ? Une szarlotka pommes-rhubarbe

"Pendant des années, je n'ai voyagé que pour me rendre à des colloques. Comme la plupart ont lieu entre mai et septembre, les gens pensaient que que j'avais bien de la chance de partir en vacances à l'étranger. Ils ne savaient pas tout. Faire mes valises était une vraie torture. J'avais le ventre noué et, la veille du départ, une seule envie : ne pas partir". 

Cette phrase, prononcée par mon ancien directeur de thèse lors d'une récente conversation, résume assez bien ce que sont les colloques d'été pour les enseignants-chercheurs. 

Tout à l'heure, envol pour Vienne, Autriche. Exceptionnellement, je suis accompagnée par l'Homme et nous laissons mini K. à sa Nannie.

Initialement, je pensais passer six jours studieux en compagnie de 120 autres musicologues spécialistes de chant liturgique (mais oui, tant que ça !), logement monacal et nourriture frugale. Les colloques de musicologie médiévale n'ont pas lieu dans de luxueux complexes hôteliers qui servent de cadre aux séminaires d'entreprises ou aux congrès scientifiques sponsorisés par des laboratoires pharmaceutiques (par exemple). Ils se déroulent de préférence dans un lieu à vocation spirituelle. En guise de divertissement après les conférences, le musicologue assiste aux vêpres ou visite une bibliothèque conservant des livres et manuscrits anciens, se rend à un concert (si possible de chant liturgique). La débauche suprême consiste à inviter quelques collègues à prolonger les débats scientifiques en compagnie d'une bière.

Je suis déjà allée à Vienne, pour les mêmes raisons et dans un cadre similaire, en août 2007. Des hauts-lieux touristiques de la ville, je n'ai pas vu grand chose. Alors cette fois, et après deux ans et demi de maternage à plein-temps, la tentation du colloque buissonnier a été trop forte... Je ne rejoindrai mes pairs que les trois derniers jours, en espérant que le trac ne gâchera pas trop la partie touristique du séjour (hélas, ce n'est pas gagné). 

*******

Szarlotka


Les premières pommes sont là. Quant à la rhubarbe, mieux vaut en profiter maintenant car on ne sait pas trop à quoi il faut s'attendre pour septembre. De quoi préparer une tarte à la manière polonaise, une szarlotka (prononcez "charlotka"). Recette librement inspirée de celle-ci

Pour la pâte : 
- 300 g de farine T55 
- 160 g de beurre, coupé en petits morceaux 
- 50 g de cassonade
- 1/4 c. à café de sel fin
- 3 jaunes d'œufs + 1 pour la dorure

Pour la garniture : 
- 300 g de pommes acides 
- 300 g de rhubarbe
- 150 g de sucre 
- 1 c. à café de cannelle 


1. Mélangez la farine, le sel et le beurre bien froid, du bout des doigts, de façon à obtenir des miettes. Ajoutez alors la cassonade et les jaunes d'oeufs. Pétrissez légèrement, formez une boule et mettez au réfrigérateur. 
2. Pelez les pommes et évidez-les. Nettoyez la rhubarbe sans l'éplucher. Coupez les fruits en morceaux de 2 cm de côté environ. Mettez le tout dans un saladier, ajoutez le sucre et la cannelle et laissez macérer 2h à température ambiante. Au bout de ce temps, faites cuire les fruits dans le jus qu'ils ont rendu, à feu doux et à découvert, jusqu'à ce qu'ils soient tendres (10-15 minutes). Laissez refroidir.
3. Préchauffez le four à 200°C. Sortez la pâte du réfrigérateur et partagez-la en deux parties inégales (1/3 +2/3). Etalez les 2/3 sur 2 mm d'épaisseur et garnissez le fond et les côtés d'un moule à charnière de 24/26 cm de diamètre. Piquez la pâte, garnissez de papier cuisson et de billes de céramique ou de haricots. Faites précuire 15 minutes.
4. Pendant ce temps, étalez le 1/3 de pâte restant et découpez-le en lanières de 1 cm de large maximum et de la longueur du diamètre du moule.
5. Sortez le moule du four, garnissez le fond de la szarlotka avec les fruits cuits précédemment. Disposez les lanières de pâte découpées dans le 1/3 restant de façon à former des croisillons. Dorez au jaune d'oeuf mélangé à 1 cs de lait ou de crème fraîche et enfournez la szarlotka pour 30 minutes environ. Servez tiède ou froid avec de la crème épaisse et une tasse de café.