dimanche 6 octobre 2013

Fondant pur chocolat

Depuis la fin du mois de septembre, la famille K. s'est agrandie et Natalia biberonne six fois par jour deux adorables petits chatons...



Ces demoiselles ont été recueillies dans notre rue, sur la chaussée, de bon matin. Elles miaulaient désespérément et semblaient avoir bien froid. Qui les a jetées là comme des rats ?

D'abord affolée à l'idée d'adopter deux chats d'un coup, je commence à m'inquiéter, maintenant, de les séparer. Je sais qu'il serait préférable de les laisser grandir ensemble, mais en principe miss "lunettes noires" ira rejoindre une autre famille à la fin du mois d'octobre, tandis que Iana restera chez nous.

*******

Il n'est pas nécessaire d'être original pour faire plaisir... J'ai ressorti cette bonne vieille recette de fondant au chocolat à l'occasion de l'anniversaire de l'Homme, parce qu'il adore cela et que je ne fais quasiment jamais de desserts au chocolat à la maison étant donné que par ailleurs nous en croquons une quantité... certaine (!) sous forme de tablettes.

Ce gâteau est, comme il se doit, très fondant, et aussi d'une consistance très légère, grâce au nombre d'oeufs et à l'absence de farine (je n'ai pas dit que c'était léger pour la ligne, entendons-nous...). Et comme vous l'imaginez sans peine, il se mange sans faim...

Fondant pur chocolat (recette Nestlé)



Pour 8 personnes

- 200g de chocolat noir à pâtisser (64% de cacao)
- 125g de beurre
- 6 oeufs
- 150g de sucre
- 1 pincée de sel
- 10g de beurre + 1 cs de farine pour le moule
- sucre glace pour les finitions

1. Préchauffez le four à 200°C, chaleur ventilée. Faites fondre le chocolat et le beurre au bain-marie. Remuez régulièrement, vous devez obtenir une texture lisse et brillante.
2. Battez rapidement les jaunes d'oeufs, le sucre et le sel. Ajoutez ces derniers au mélange beurre-chocolat.
3. Battez les blancs en neige ferme et incorporez-les en plusieurs fois à l'appareil au chocolat, en les travaillant délicatement à la spatule.
4. Beurrez et farinez un moule anti-adhérent puis versez la pâte et enfournez 20 minutes. Laissez complètement refroidir avant de démouler. Saupoudrez de sucre glace au moment du service.


vendredi 6 septembre 2013

L'auguste clafoutis aux prunes




Les derniers jours d'août ont été plein de petites satisfactions et j'avoue que la rentrée m'arrache un peu difficilement à l'atmosphère de vacances dans laquelle je m'étais finalement plongée.

J'ai passé du temps en couture, pour changer de la cuisine. Mon nouveau jouet est une machine à coudre. Qui l'eût cru, alors que que recoudre un bouton ou faire un ourlet de pantalon m'avait souvent arraché des soupirs d'ennui ? La couture serait-elle mon nouveau dada ? Pour débuter, j'ai réalisé des choses simples, housses de coussins parce que j'en avais assez de voir traîner quelques vieilles housses décolorées par le temps. Puis j'ai confectionné une housse de couette et des oreillers en Liberty pour mini K.

Je me déplace désormais en vélo avec assistance électrique, un autre joujou qui m'a totalement conquise. Un matin, en remontant à vélo la rue des Montgorges - une rue particulièrement pentue de Poitiers - j'ai "gratté" tous les vttistes du RICM. Certains semblaient étonnés, pour ne pas dire un peu vexés. Ils n'avaient pas compris que ma force musculaire résidait principalement sous le porte-bagage.


*****

Après les 30 pots de griottes du mois de juin, je me suis lancée dans les confitures de prunes : reines-claudes, prunes violettes dont je n'ai toujours pas identifié avec certitude la variété. Bien que nos deux arbres aient perdu une importante partie de leur ramure lors de la tempête du 26-27 juillet dernier, qui a fortement touché Poitiers, les fruits étaient abondants et délicieux. Profitons-en, qui sait si ces arbres survivront à l'hiver, leur tronc a été littéralement déchiré. Quant au mirabellier de ma voisine, déjà fortement amoindri par le passé, il a été rasé cette semaine. Dommage.

Aux confitures, nous avons ajouté quelques crumbles, quelques tartes toutes simples, des compotes, mais surtout un délicieux "clafoutis" aux prunes : une préparation qui sied aussi bien à ce fruit qu'à la traditionnelle cerise, à condition de prendre une variété peu juteuse comme les quetsches d'Alsace (évitez les grosses prunes allongées souvent vendues sous ce nom et qui ne sont pas aussi parfumées que les "vraies" quetsches). J'ai utilisé les prunes violettes dont le parfum est particulièrement intense après cuisson et qui se tiennent mieux que les reines-claudes, trop juteuses pour ce type de préparation. Ces prunes violettes sont plus sucrées que les quetsches : adaptez éventuellement la quantité de sucre si vous utilisez des quetsches pour réaliser la recette.


Clafoutis aux prunes violettes



Pour 4 à 6 personnes :

- 2 oeufs + 1 jaune
- 50 g de sucre
- 50 g de farine T55
- 10 cl de crème liquide
- 20 cl de lait entier
- 1 pincée de vanille
- 1 pincée de cannelle
- 1 cs d'eau-de-vie de quetsche
- 20 g de beurre et 1 cs de cassonade pour le moule
- environ 500 g de prunes type quetsches, bien parfumées, mûres mais encore fermes

1. Préchauffez le four à 150°C. Beurrez le moule et recouvrez le fond de cassonade. Mettez au frigo pour figer le beurre s'il fait chaud.
2. Cassez les oeufs, ajoutez sucre et farine tamisée, mélangez. Ajoutez le lait et la crème, la vanille, la canelle, l'eau de vie de quetsche, mélangez à nouveau pour que le mélange soit parfaitement homogène, mais évitez de battre, pour ne pas incorporer d'air à l'appareil et le rendre mousseux.
3. Dénoyautez et coupez en deux les prunes. Si elles sont acides, vous pouvez les saupoudrez de 2-3 cs de sucre et les laisser macérer ainsi 15 minutes. Sinon, passez immédiatement à l'étape suivante.
4. Sortez le plat à gratin du frigo et disposez les fruits au fond, ils doivent être bien serrés, vous serez peut-être amené à faire deux couches. Recouvrez de l'appareil à clafoutis.
5. Enfournez pour 50 minutes environ. A cette température, la pâte reste particulièrement moelleuse et les prunes ne se déferont pas trop en purée. Servez bien frais.








dimanche 4 août 2013

Légumes farcis et menus propos caniculaires




Fin juin-début juillet, surprise un dimanche matin en découvrant une mini K atteinte de varicelle : ce qui a raccourci son année scolaire et semé la pagaille dans les agendas parentaux. Heureusement, elle n'a pas fait son éruption la veille du départ en vacances. De l'autre côté de la Méditerranée, soleil, chaleur, lumière, piscines, transats, mer calme et petite brise tiède. Des jardins de lauriers-roses, d'hibiscus, d'oliviers, d'eucalyptus, de figuiers et de cactus-raquettes*. Beaucoup de farniente et de siestes, beaucoup de lectures non professionnelles, un peu de voile et de trapèze volant, un peu de tourisme, des rencontres sympathiques avec d'autres gens. Et surtout, chose rare, ni ordinateur ni internet. Une rupture salutaire.

Par la télévision (que nous n'avons pas at home), nous nous informons de ce qui se trame en France. Pas grand chose en apparence. On y parle de la pluie et du beau temps à longueur de temps : après le début d'été pourri, on brandit maintenant le spectre de la canicule. Cette fixette sur les prévisions météo, ces conseils quasi infantilisants sur les précautions à prendre pour ne pas succomber à "l'épidémie calorifique" ; les litanies sur les débordements pluvio-anémométriques de cieux gaulois décidément ingrats... Cela semble bien ridicule, vu du lieu de nos vacances.

Ici, il ne fait pas moins chaud qu'en France, au contraire. Mais personne ne trouve cela anormal, évidemment, on est en Afrique quand même. En plein Ramadan, pas question de boire avant le coucher du soleil. Ne parlons pas de la ventilation du corps, en particulier pour les femmes, ensevelies sous plusieurs couches de draps. Seules quelques privilégiées peuvent s'offrir un bain de mer, habillées de textiles plus légers, mais néanmoins couvertes de pied en cap. La sensation procurée par ces linges mouillés-salés-sableux doit être particulièrement inconfortable, quoique très efficace pour la régulation thermique. Les hommes devraient en prendre de la graine, au lieu de s'exposer torse nu et en short de bain comme nous autres, impudiques Occidentaux.


* J'ai découvert ce joli mot sous la plume de Pierre Loti. Il s'agit d'un terme générique pour désigner différentes espèces de cactus comme le figuier de barbarie.


******




Aimez-vous les légumes farcis ? Chaque fois qu'on m'en parle, je pense aux petits farcis de ma grand-mère maternelle. Des légumes certes, mais surtout une farce riche en chair à saucisse, en champignons, en fromage râpé, qui n'était sans doute pas une perfection gastronomique, mais qui faisait l'unanimité chez nous. Comme elle n'aimait pas beaucoup les légumes, elle avait tendance à prévoir beaucoup plus de farce qu'il n'en fallait. Et mettait, en plus des légumes farcis, des morceaux entiers de farce seule. A la cuisson, la farce se couvrait d'une croûte brune un peu sèche et croquante. C'était la marque de fabrique de la maison... Je ne sais pas à quoi cela tenait, de la chapelure sur le dessus, un four très chaud, une cuisson prolongée suivie d'un réchauffage ? Je n'en sais rien et ma recette est sans doute assez différente de la sienne.

Prenez des légumes de premier choix : courgettes rondes, petites aubergines tigrées ou blanches (plus douces que les violettes), poivrons rouges, oranges et/ou jaunes, tomates, champignons de Paris. Ajoutez dans votre panier quelques patates douces ou des pommes de terre, pour satisfaire les gros estomacs.

Petits légumes farcis


Les proportions suivantes conviennent à peu près pour 2 courgettes rondes, 2 petites aubergines, 4 champignons de Paris, 2 petits poivrons et 2 tomates)

- 200g de chair de veau hachée
- 50g de chair à saucisse- 1 oeuf battu (petit)
- 125g de mie de pain rassie
- 1 verre de lait- 1 petite gousse d'ail

- une dizaine de feuilles de menthe verte
- une dizaine de feuilles de basilic

- 2-3 brins de persil ou de coriandre
- 4-5 champignons de Paris
- 4-5 c. à soupe rases de parmesan râpé
- huile d'olive, sel, poivre 5 baies

1. Faites revenir l'ail haché menu et les champignons dans 1 cs d'huile d'olive, à feu doux, pendant 5 minutes environ. Laissez tiédir. Préchauffez le four à 150°C.
2. Mélangez la chair de veau et de porc, la mie de pain trempée dans le lait et essorée, les herbes aromatiques, le parmesan, le lait, les champignons et l'ail. Ajoutez l'oeuf battu peu à peu, de façon à obtenir une consistance molle, mais pas trop liquide. Il est possible que vous ne mettiez pas tout l'oeuf si celui-ci est très gros. Salez et poivrez.
3. Coupez les légumes et évidez-les selon le cas, récupérez une partie de la chair si elle ne contient pas trop de graines, ajoutez cette chair coupée en petits dés à la farce.
4. Garnissez vos légumes de farce, disposez-les dans un plat à four garni de papier cuisson et d'une ou deux cuillérées d'huile d'olive, ajoutez un peu d'eau (1/2 cm dans le fond du plat) pour éviter qu'ils ne se dessèchent et enfournez pour 1h environ à 150°C. Surveillez la cuisson et rajoutez un peu de liquide au besoin.

Ces légumes farcis peuvent être préparés à l'avance et réchauffés à four très doux (100° C) pendant 30 à 40 minutes.


mardi 11 juin 2013

Brioche ravageuse et bonne à tout faire




Comment croire que nous sommes en plein mois de juin ? Cerises et griottes ont encore la couleur du gazon. Il n'y a pas une figue à l'horizon. Deux courges ont capitulé : le potager est trop frais. Les fraises sont sous le joug des limaces et des escargots, qui prolifèrent à gogo. Même le paillage ne parvient pas à décourager leur gourmandise... Quant aux fleurs, elles seraient magnifiques si elles n'étaient pas dévastées par la pluie. Je les coupe et j'en fais des bouquets. Cette année, les roses et les pivoines durent plus longtemps dans un vase que sur pied !

Si vous voulez des reines-claudes, faites-le savoir : la récolte devrait être surabondante et nous ne pourrons pas y faire face. A moins que les mois de juillet et août ne virent, eux aussi, à la catastrophe météorologique.

A propos de catastrophe, mini K. vient de révéler un nouveau défaut d'origine maternelle : elle est astigmate de l'oeil gauche. Avec ses joues rebondies et ses cheveux frisés, les binocles lui donnent un air désopilant.

Les affaires familiales restent tendues. J'essaie de m'échapper dans le travail, mais mon cerveau tourne à vide, envahi de questions sans réponses, de pensées douloureuses, de constats sans appel. Mes nuits se terminent aux alentours de 3h du matin. La journée, je m'endors assise sur le canapé ou la tête posée sur le bureau : impossible de résister.

Colloques, tables rondes, séminaires, examens, délibérations, jurys de concours, jury de baccalauréat se prolongent jusqu'à la mi-juillet. Il faut tenir le coup encore un mois. Contrairement à ce que beaucoup pensent, les universitaires n'ont pas trois mois de vacances en été. La rentrée est fixée à début septembre, comme pour les scolaires. Mais les tâches administratives (auxquelles nous n'échappons pas) reprennent dès le 19 août. Je ne dis pas qu'on est à plaindre. Je dis juste que ce n'est pas forcément ce qu'on croit.

*******

Pâte à brioche bonne à tout faire 


Voici une recette que j'ai découverte sous sa forme salée et adaptée à ma manière : une couronne briochée déjà applaudie par Loukoum, Mingou et Gracianne, pour ne citer que des blogs que je fréquente régulièrement.

La pâte levée qui sert de base à cette couronne aux lardons et au fromage frais est excellente. Le truc qui fait la différence avec une pâte briochée ordinaire, c'est le fait de l'étaler et de la badigeonner d'un aliment gras ou crémeux : fromage frais, mais si vous préférez, beurre, crème épaisse, huile, pâte à tartiner, etc. Ensuite, on ajoute toutes les garnitures que l'on veut. On roule puis on tresse, ou bien on se contente de rouler. Le résultat est ravageur.

La version salée est une excellente alternative aux cakes (salés). Bien sûr, on peut décliner la recette de milles façons différentes : ici, lardons, fromage frais, oignons, chèvre et paprika.

En version sucrée, cette pâte briochée est tout aussi géniale : ici, assortie à un mélange de vergeoise brune et de vanille, pour rester classique. Variations possibles avec de la cannelle, des fruits secs, de la crème pâtissière, du lemon curd, du caramel au beurre salé, voire pire, pour les adeptes des choses grasses et sucrées ;-)

Pour la pâte levée :

- 150g de lait (15 cl)
- 10g de levure fraîche de boulanger
- 20g de sucre
- 250g de farine T55
- 5g de sel fin
- 40g de beurre (doux)

Version salée

Pour la garniture salée :

- 50g de fromage frais à tartiner (type Philadelphia)
- 50g de Chabichou du Poitou (ou autre chèvre demi-sec), râpé ou coupé en petits cubes
- 75g de lardons fumés
- 30g d'oignons préalablement revenus dans 1 cs d'huile, jusqu'à ce qu'il soit tendre
- 1 pincée de paprika
- 1 jaune d'oeuf pour dorer la pâte


Version sucrée

Pour la garniture sucrée :

- 75g de fromage frais à tartiner (type St Môret ou équivalent)
- 75g de vergeoise brune ou de sucre complet de canne
- 1 cc rase de vanille en poudre

1. On réalise la pâte levée dans la machine à pain si on en a une, ou dans le robot pétrisseur, ou à l'huile de coude si pas de machine. Dans l'ordre, on mélange la levure et le lait à température ambiante ou légèrement tiédi, auxquels on ajoute le sucre. On laisse reposer 10 minutes. Puis on ajoute la farine et le sel. On pétrit ou fait pétrir (en machine, programme pâte seule) environ 1/4 d'heure avant d'ajouter le beurre ramolli (le fait d'ajouter le beurre dans un second temps permet à la pâte de mieux lever). Après pétrissage, on laisse lever environ 1h30.

2. On dégaze la pâte et on l'étale sur 3-4 mm d'épaisseur maximum. On tartine de fromage frais, parsème de Chabichou, de lardons, d'oignons, de paprika. On roule la pâte. Si on veut tresser, on coupe le boudin obtenu en trois et on tresse. Sinon, on laisse tel quel et on forme une couronne simple en prenant soin de bien souder les bords. On laisse reposer dans le four éteint ou tout autre endroit assez chaud, à l'abri des courants d'air, pendant 1h30 encore.

3. On badigeonne de jaune d'oeuf (pas obligé) et on enfourne à 180°C, chaleur ventilée, pour 30 à 40 minutes (si ça colore trop vite, on baisse un peu le four). On teste la cuisson à l'aide de la pointe d'un couteau, elle doit ressortir quasi sèche.

4. On laisse refroidir sur une grille et on attend quelques heures, si possible, avant de lui faire un sort.


mercredi 8 mai 2013

Natalia dans 'Plus belle la vie' et le Cake au citron de P. Hermé




Depuis la fin du mois de mars, j'ai complètement décroché du boulot et de mes préoccupations habituelles. Comme vous l'aurez constaté, le blog est resté en friche... Je me suis lancée depuis quelque temps dans la fabrication des yaourts maison et toute mon activité culinaire se résume, en gros, à faire tourner la yaourtière.

Cette période a été occupée par un gros (remue-)ménage de printemps dans les relations familiales. Avec Miss K., demi-soeur de mini K., la joie de faire enfin la paix. Et d'apprendre à mieux se connaître. Il aura fallu quinze ans, 16 000 km de distance et 12h de décalage horaire.

Simultanément, la découverte fortuite des manipulations d'une belle-soeur en qui j'avais toute confiance, visant à alimenter l'idée que l'Homme (son frère, donc) aurait mérité mieux que de se faire épouser par une femme atteinte d'autisme (vous m'aurez forcément reconnue).

Avis aux auteurs de Plus belle la vie : s'ils cherchent des idées de scénarios pour les prochains épisodes, j'ai de la matière croustillante à fournir...

Il y a dix ans, exactement au même moment de l'année, entre fin mars et avril, une situation familiale compliquée nous avait conduits, l'Homme et moi, à une séparation temporaire. Le 8 mai 2003, nous nous étions rencontrés par hasard à la FNAC Saint-Lazare. Nous avions déjeuné ensemble. Nous nous étions balancé à la figure ce que nous avions sur le coeur et étions repartis fâchés. Enfin, surtout moi. Quatre jours plus tard, l'Homme me suppliait de lui accorder un moment de discussion supplémentaire. Cette fois, nous sommes repartis main dans la main. Cela fait dix ans que nous faisons à nouveau route ensemble. Et c'est ainsi : parce que c'est lui, parce que c'est moi.

********

La recette du jour a depuis longtemps fait le tour des blogs culinaires. Simple et géniale : il s'agit du cake au citron de Pierre Hermé. Une texture fine, légère, ni sèche, ni compacte. Une saveur très citronnée.

Mini K. n'aime pas beaucoup le goût du citron, j'avoue que cela m'arrange. Je ne suis pas obligée de remplacer le rhum par un parfum non alcoolisé (le rhum est essentiel dans ce cake). A la place du cake au citron, on la gave de ce qui est censé faire saliver les enfants de son âge : bonbons Krema, fraises Tagada, Nutella et cetera ;-) Histoire de ne pas l'enfermer dans un monde à part, histoire qu'elle apprenne ce qu'est la vraie vie et de quoi se régalent les vrais gens (c'est à dire les gens normaux comme ma chère belle-soeur).

Hélas, mini K. est déjà contaminée par cette pauvre dingue qui lui tient de mère : elle ne boude pas les bons chocolats noirs, elle se jette sur les fruits secs que j'achète en magasin bio, sur les macarons, les cookies et les pains d'épices maison. Et c'est ainsi. Des goûts et des couleurs...


Le cake au citron de Pierre Hermé




Pour 2 moules à cake de 19cm x 9 cm x 6.5 de hauteur :
- 375g de farine T45
- 3/4 de cc de levure chimique
- le zeste de 3 citrons bios finement râpés
- 400g de sucre (à mon avis 370g sont amplement suffisants compte tenu du sirop d'imbibage)
- 6 œufs moyens à température ambiante
- 190g de crème fleurette
- 3,5 cs de rhum blanc
- 1 pincée de sel
- 135g de beurre doux fondu ou de beurre clarifié.

Sirop d'imbibage :
- 150g d'eau
- 65g de sucre
- 2cs de jus de citron.

1. Dans le bol du robot frottez entre vos doigts les zestes de citron râpés et le sucre. Laissez reposer 10min pour que le sucre se parfume. Préchauffez le four à 160° C. Si vous n'utilisez pas de moules en silicone, beurrez et farinez les moules en prenant soin d'enlever l'excédent de farine. Tamisez la levure et la farine.
2. Quand le sucre a bien reposé, ajoutez-y les œufs et fouettez l'ensemble pendant 5min. L'appareil doit être mousseux et pâle. Ajoutez dans l'ordre, la crème fleurette, le rhum puis le sel. Fouettez pour bien mélanger tous les éléments. Incorporez la farine en 3 fois pour obtenir un mélange épais et onctueux. Ajoutez alors lentement le beurre refroidi.
3. Remplissez sans attendre les moules et enfournez pendant une heure en vérifiant le bon degré de cuisson à l'aide d'une pique.
4. Pendant la cuisson des cakes, préparez le sirop d'imbibage : portez à peine à ébullition le sucre et l'eau juste pour faire fondre le sucre. Laissez refroidir et ajoutez alors 2 belles cs de jus de citron fraîchement pressé.
5. Démoulez les cakes sur une grille. Si vous avez choisi de les imbiber de sirop badigeonnez-les à ce moment, pris laissez-les refroidir. Vous pouvez aussi les glacer : portez à ébullition dans une casserole ou plus simplement au micro-ondes, 250g de marmelade de citron. Passez-la au chinois puis avec un grand pinceau à pâtisserie, badigeonnez toute la surface des cakes sauf le fond d'une fine couche de glaçage. Laissez sécher avant de déguster.

Bien emballés dans du film alimentaire, ces cakes se conservent une semaine. Vous pouvez évidemment diviser les proportions par deux pour n'en faire qu'un à la fois...


vendredi 29 mars 2013

Vieux parchemins et pommes-fleurs à la gelée de groseille




La semaine dernière, je suis partie deux jours en Périgord.
Tourisme ? Gastronomie ? Que nenni !

Deux jours aux archives départementales de la Dordogne et aux archives diocésaines de Périgueux, à compulser de vieux parchemins, à traquer les notations musicales, à déchiffrer, analyser, comparer les mélodies. Photographier de gros pavés peu avenants et qui ont beaucoup souffert au fil des siècles, mais qui recèlent de magnifiques surprises.





Immense privilège que d'avoir tous ces manuscrits à mon entière disposition. Travailler dans une salle aveugle, au sous-sol, déconnectée du reste du monde, ça ne me dérange pas. Ces sessions de travail intense sont ma dolce vita à moi. Mes bouffées de liberté. Mes nourritures intellectuelles.

Loin des contraintes horaires et des basses besognes. 

Loin des travaux qui ont envahi la maison depuis 6 mois : pas vraiment drôle au quotidien, quand on n'a pas d'autre bureau que chez soi. 

Loin des petits caprices de mini K. : le collant mal ajusté, les manches qui remontent, les chaussures qui ne sont pas assez souples, la chaise trop près de la table, la tasse de chocolat trop chaude, la confiture qui n'est pas rose ou rouge, l'assiette de légumes quelle qu'elle soit, les pâtes qui n'ont pas la forme souhaitée, le plateau de fromages trop peu garni, la crème à la vanille sans caramel, le verre d'eau pas assez plein pour la soif, mais suffisamment pour inonder la table à chaque repas...  Sans oublier le pire du pire : les séances de coiffure !

Alors, un ou deux jours off de temps à autre, c'est du pain béni. Pas besoin de partir en vacances à l'autre bout de la planète.




*******

Le pépiement matinal des oiseaux semble inviter le printemps à s'installer. Le jardin s'éveille : crocus, violettes, jonquilles, jacinthes, anémones, primevères sont sorties de terre. N'empêche, le printemps s'en fiche. Ce matin, il neigeait copieusement à Poitiers. Cela n'a pas tenu. Maintenant, il pleut et le ciel est bien bas.

Au marché, le choix en matière de fruits se restreint... sauf si on s'offre des garriguettes hors de prix, poussées dans des conditions météorologiquement surnaturelles. On mange un peu toujours les mêmes choses. Sauf à aller chercher les fruits tropicaux, il faut se contenter des derniers agrumes (mais les maltaises de Tunisie et les mandarines israéliennes sont délicieuses) et de quelques variétés de poires et de pommes... lesquelles sont de moins en moins bonnes. Mais bonnes à cuire. D'où la tarte tatin de l'autre jour.

Aujourd'hui, j'ai repris une idée d'Alain Passard : détailler des pommes en longs rubans enroulés sur eux-mêmes en forme de roses. Passard fait cela en version tarte. Je me suis contentée de réutiliser la technique pour faire de jolies pommes au four. Quand j'étais enfant, mes parents ajoutaient souvent un peu de gelée de groseille sur les pommes au four. J'aime bien retrouver ce goût acidulé. Cela change de la cannelle, de la vanille ou du caramel... dont j'ai usé et absusé ces derniers temps. Mini K. adore : d'accord, il n'y a pas de caramel, mais c'est rose-rouge et joli à voir. Alors tout va bien.


Pommes-fleurs à la gelée de groseille




Pour 4 personnes :
- 4 belles pommes de saison à chair ferme, pas trop juteuses 
Variétés conseillées : Golden, Tentation, Gold Rush. Si la chair est molle et les pommes trop juteuses, vous n'y arriverez pas. Si la chair est farineuse (Canada), ça ne tiendra pas à la cuisson. 
- 4 cs d'eau
- 3 cs de sucre
- 3 cs de gelée de groseilles
- 20g de beurre

Outillage :
Un épluche-légumes de type Zyliss (le mien est dentelé, comme vous pouvez le voir sur les photos ; s'il ne l'est pas, c'est sans doute mieux sur le plan esthétique).

1. Pelez les pommes et détaillez-les à l'aide de l'économe en lanières aussi longues que possible, en les tournant sur elles-mêmes, jusqu'à arriver au trognon. Puis enroulez les lanières obtenues de façon à former de jolies roses. Vous verrez, c'est un coup de main à prendre... vous risquez de gâcher quelques pommes au départ. Disposez le tout dans un moule à gratin, ou faites des portions individuelles en ramequin.
2. Préchauffez le four à 150°C. Dans une casserole, portez à ébullition le sucre et l'eau. Hors du feu, ajoutez la gelée de groseille et le beurre. Fouettez un peu pour homogénéiser. Versez ce jus en filet sur les pommes en prenant soin de bien le répartir sur les lanières.
3. Faites cuire 1h à 150°C, sans couvrir le plat ou les ramequins. En cours de cuisson, récupérez le jus et reversez-le sur les pétales des fleurs. Si jamais le bord des pétales se déssèche (normalement cela ne devrait pas être le cas avec une température aussi douce), couvrez le plat pendant le dernier 1/4 d'heure de cuisson. Les pommes seront cuites, mais leur consistance reste ferme. Si vous les préférez plus fondantes, faites cuire 45 minutes à 180°C en surveillant bien qu'elles ne se déssèchent pas.


mardi 12 mars 2013

Upside down. Un rêve de tarte tatin : Philippe Conticini

Il y a plusieurs mois que j'avais repéré la recette, revue par Philippe Conticini, d'un classique parmi les classiques : la tarte tatin.




Up and down, disait la journaliste du Nouvel Obs à propos de cette tarte. Sur le moment, l'expression m'avait un peu irritée. Tant qu'à se la jouer avec un titre en anglais, deux mots auraient suffi : upside down serait plus idiomatique. Upside down apple pie : pour une fois, l'anglais est moins concis que le français.

En fait, il y a deux versions de cette tarte revue par le Pâtissier des rêves. Je m'en suis tenue à celle du livre Sensations paru il y a quelques années déjà. La version vantée par le Nouvel Obs est tirée d'un opus tout récent de Philippe Conticini, Best of. Elle est plus sophistiquée, avec sa pâte feuilletée cuite à part et son crumble aux noisettes en guise de trottoir. Lyriquement divine, selon les mots de la journaliste... Ne me demandez pas de vous expliquer le sens profond de ce gargarisme langagier.

Il est bien (trop) tôt pour écrire un billet de blog, mais je n'arrive pas à fermer l'oeil, j'ai mal au crâne, les tripes nouées, comme toutes les nuits depuis longtemps. Trop longtemps. J'essaie de trouver une activité pour faire diversion... lorsque je ne suis pas en état de bosser sérieusement. La vie est un peu upside down en ce moment, mais sans la douceur crousti-fondante de la tarte tatin.




Cette recette est très facile à réaliser. Il faut simplement s'y prendre un jour à l'avance, c'est la seule contrainte, ou plutôt l'avantage de cette tarte : quand on reçoit, cela simplifie les préparatifs de dernière minute.

Le secret ? Les pommes sont détaillées à la mandoline, elles s'imprègnent progressivement d'un sirop vanillé et d'un caramel, ce qui donne le joli dégradé brun-ambré que vous pouvez voir sur les photos. Résultat fondant, mais pas défait, comme cela se produit parfois, lorsqu'on met de gros quartiers de fruits. Il faut choisir une variété qui se tient à la cuisson et qui est riche en pectine : Philippe Conticini préconise la Golden. Je ne suis pas une fan de cette pomme, je n'en achète quasiment jamais. J'ai opté ici pour des pommes Gold rush, qui sont une de ces nouvelles variétés issues de la Golden, mais en version améliorée (plus croquante, plus acidulée, plus parfumée). Des "Golden Tentation", autre variété devenue assez courante dans les supermarchés, donnent d'aussi bons résultats pour cette recette.

Servez cette tarte froide plutôt que tiède, sans chantilly ni glace vanille, ni accessoires inutiles. Elle se suffit à elle-même. A la limite, une cuillerée de crème crue épaisse et point barre. Il faut profiter pleinement du goût acidulé des pommes, de la douceur du caramel et du parfum beurré de la pâte feuilletée. Enfin, c'est mon avis... vous ferez comme bon vous semble.

La tarte tatin selon Philippe Conticini 




Pour 1 moule de 20/22cm de diamètre et 4 cm de hauteur (4-6 personnes)
Pensez à garnir le moule de papier cuisson ou d'une feuille silicone pour faciliter le démoulage ; sauf si vous utilisez un moule en silicone. Essayez dans un moule carré ou rectangulaire, histoire de changer un peu de la sempiternelle tarte ronde.
- 7 pommes de type Golden, Gold rush ou Golden tentation
- 1 cercle de pâte feuilletée maison (ou chez le boulanger ; ou une pâte du commerce mais pur beurre) de 26 cm de diamètre environ.

Pour le caramel :
- 80 g de sucre blanc
- 20 g d’eau
- 20 g de sirop de glucose (si vous n'en avez pas, ne mettez que du sucre)

Pour le sirop d'imbibage des pommes :
- 20 g d’eau
- 25 g de sucre
- 20 g de beurre
- 1 cuil. à soupe de jus de citron
- 1 pincée de fleur de sel
- les graines d’une gousse de vanille

1. La veille, préparez le caramel. Dans une casserole, faites chauffer l’eau, le sucre et le glucose, jusqu’à ce que le caramel soit ambré, ne le laissez pas trop foncer, sinon, il sera amer. Versez dans le moule puis bougez-le afin de répartir uniformément. Le caramel va durcir puis fondre à nouveau pendant la cuisson des pommes.
2. Préparez le sirop. Dans une casserole portez eau et sucre à l’ébullition, retirez du feu, ajoutez le jus de citron, les graines de vanille, la fleur de sel et le beurre. Mélangez au fouet ou encore mieux au mixeur plongeur.
3. Préparez les pommes. Préchauffez votre four à 170°C. Épluchez les pommes, puis détaillez-les à la mandoline en tranches très fines (2 mm d'épaisseur maxi). Disposez les tranches de pommes dans le moule en rosace et en plusieurs couches, jusqu’au bord du moule. Arrosez avec le sirop puis enfournez pour 45 minutes. Sortez du four et laissez refroidir. Réservez au frais jusqu'au lendemain en retournant le moule : pour que les pommes ne tombent pas, tapissez de film alimentaire et posez le moule retourné sur une assiette légèrement plus petite que le diamètre du moule.
4. Le lendemain, plusieurs heures avant de servir la tarte, préchauffez le four à 180°C. Sortez les pommes du réfrigérateur, retournez le moule, piquez la pâte et posez-la sur les pommes. Insérez la pâte entre les pommes et le bord du moule en vous servant du manche d’une petite cuillère. Enfournez pour 25 à 30 minutes à 180°C, jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée. Laissez refroidir à température ambiante dans le moule. Retournez la tarte sur un plat de service 30 minutes avant de servir. Si vous avez utilisé un moule en silicone ou si vous avez tapissé votre moule de papier cuisson ou d'une feuille silicone, aucun souci pour le démoulage.

lundi 11 février 2013

Raviolis aux truffes en bouillon gras. Pour mardi gras ou la saint Valentin



De surprise en surprise, la semaine est passée vite, trop vite. Grandes et petites surprises, événements inattendus... Non, il ne sera question ni de Benoît XVI, ni des lasagnes au cheval roumain. Les surprises sont à l'aune de ma petite vie provinciale.

Mercredi, en arrivant à l'Université, je trouve un colis. Comme je n'attends ni mémoire ni thèse et que le paquet est bien trop léger pour contenir un truc de ce genre, je suis perplexe. Le nom de l'expéditrice ne m'est pas inconnu, mais je n'arrive pas à relier ce nom à un contexte précis. J'ouvre et tombe sur une boîte de madeleines au décor délicieusement suranné, ainsi qu'un petit débardeur en laine et soie. La vue des madeleines suffit à réveiller des souvenirs précis : c'est Elisabeth, une lectrice fidèle et discrète, qui s'est émue de mon dernier billet. Une surprise attentionnée est sans aucun doute le plus beau des cadeaux.



J'ai fait la connaissance d'Elisabeth il y a plusieurs années, suite à un échange de messages au sujet des recettes de madeleines (ici, ou ). Elle m'avait parlé de celles de Liverdun. En quoi étaient-elles différentes des madeleines de Commercy, par exemple ? Maintenant que j'ai goûté les "véritables madeleines de Liverdun", je peux vous dire qu'elles sont uniques en leur genre. Au départ, on est surpris par le côté un peu sec voire croquant du biscuit. Ce n'est pas la pâtisserie moelleuse, beurrée, un peu collante en bouche dont on a l'habitude. La madeleine de Liverdun surprend par sa légèreté. Point de gras ni d'humidité. Son goût d'oeufs, sa croûte un peu sèche font penser aux biscuits à la cuiller. On aurait tort de la croire rassie : le moelleux de la Madeleine de Liverdun se concentre dans la bosse. Le plus agréable par rapport à ses concurrentes, c'est qu'elle n'est pas du tout bourrative. Je la trouve juste un petit peu trop sucrée... mais elle plaît bien à mini K.

Jeudi. Le courrier professionnel me réserve une autre surprise. Je trouve dans mon casier une enveloppe aux armes de la Région Poitou-Charentes. Certaine que la chose allait subir un classement vertical dans la minute suivante, j'ouvre le courrier sans aucune délicatesse et tombe sur un carton de la main de Ségo la royale. Elle y décline une invitation aux journées portes ouvertes que nous organisons en collaboration avec des lycées de la région. Bon, on ne s'attendait pas à ce qu'elle vienne, mais encore moins à une réponse manuscrite, pleine de courtoisie et qui sonne juste (quel métier !) (je n'ai par ailleurs aucune sympathie particulière pour l'élue de ma région).
Le même jour, j'ai appris que l'Université me devait encore quelques (petites) centaines d'euros au titre des heures supplémentaires 2011-2012. Vais-je vraiment percevoir cet argent ? Il n'y a plus un rond dans les caisses et on nous a déjà prévenus que l'année prochaine, il n'y aurait rien pour les heures sup. En attendant, il faut quand même honorer les cours qui n'étaient pas prévus et préparer bénévolement les rares candidats aux recrutements massifs du Capes 2013. 

*******

Pour parler de choses plus gustatives, cette semaine, nous avons récupéré un bocal de truffes fraîches venues en direct d'un marché de Provence, où l'une des mes belles-soeurs a des accointances. De la vraie, de la mélanosporum, évidemment. Je ne m'attendais pas à en avoir autant. J'en ai gardé une pour fabriquer illico presto des raviolis de grand luxe, des raviolis d'exception, dans un délicieux bouillon gras : demain, c'est Mardi gras, après quoi, on tombe en Carême, ceinture ! Les autres truffes ont été congelées pour plus tard. Saviez-vous que ce genre de traitement est quasiment dépourvu d'effets secondaires sur ce champignon, contrairement à la stérilisation en bocaux, qui lui fait perdre une grande partie de sa saveur et de sa consistance originelle ?

Raviolis aux truffes en bouillon gras




Pour deux personnes :

- une petite vingtaine de feuilles de pâte à raviolis (type Wonton)
- une truffe noire melanosporum de 30g environ
- 50g de mascarpone
- 1/2 jaune d'oeuf
- de l'ail surgelé, un tout petit peu (surgelé parce qu'il est beaucoup moins puissant et que si l'ail ressort trop, ça gâche tout)
- 1 cc de parmesan râpé
- sel et poivre blanc du moulin
- du bouillon de volaille maison non dégraissé. 
A l'extrême rigueur, un sachet de bouillon de volaille Ariaké. Ce ne sera pas vraiment gras, mais tant pis... Bannissez les tablettes Mag***, Duc*** et même leurs équivalents "bio", la truffe mérite mieux que cela.
1. La farce. Râpez la truffe, gardez éventuellement un petit morceau pour les finitions. Mélangez tous les ingrédients de la farce (mascarpone, ail, jaune d'oeuf, truffe râpée, sel et poivre, parmesan). C'est tout gris mais qu'est-ce que ça sent bon... d'ailleurs on a le droit de goûter pour rectifier l'assaisonnement. Attention, ne pas forcer sur le parmesan, sinon, on ne sentira plus assez la truffe. Si la farce paraît un peu liquide, on peut ajouter éventuellement 1/2 cc rase de fécule ou de maïzena.
2. Les raviolis. Déposez un peu de farce au milieu de chaque feuille de ravioli. Badigeonnez d'eau froide tout autour de la farce pour que la pâte, une fois repliée sur elle-même, colle bien. Pliez en deux, en forme de triangle, par exemple, ou selon votre souhait. Coupez à l'aide d'emporte-piècer (ici, une demi-lune cannelée). Déposez les raviolis sur une feuille de papier cuisson, sans les entasser, jusqu'au moment de les faire cuire. Si vous les préparez à l'avance, farinez-les très légèrement et stockez-les au frigo dans une boîte hermétique.

3. La cuisson. Faites chauffer le bouillon de volaille sans le faire bouillir, il doit juste frémir. Vérifiez qu'il est assez salé. Plongez les raviolis 2-3 minutes et, dès qu'ils remontent à la surface, servez-les dans une assiette creuse, accompagnés d'un peu de bouillon, d'une noix de beurre et de brisures ou de lamelles de truffes s'il vous en reste.

On passe à la dégustation et pour une fois, on ne prendra pas de photos, parce que c'est le soir, c'est l'hiver, et qu'on va se fatiguer pour rien, le résultat sera horrible. Autant être entièrement disponible pour la dégustation partagée...




jeudi 24 janvier 2013

Echapper au froid. Tartelettes aux deux oranges.




Janvier. La période des examens. Beaucoup disent encore les partiels.

Je savais que l'amphithéâtre serait glacial. Je savais que l'appariteur n'aurait pas mis le bon modèle de copies. 

Je savais que ma collègue ne serait pas à l'heure pour le début des épreuves. Son train arrive à 7h40, alors qu'étudiants et enseignants sont convoqués à 7h45. Elle prévient, le jour-même, à 7h20, par mél. : envoyé de mon Iphone. Comme si j'allais consulter mes méls. en pleine surveillance d'examen ! Dans des locaux sans connexion internet ! Elle sait parfaitement ce qu'elle fait, c'est le prototype même de la chieuse. Celle qui a l'art de se faire passer pour une victime, mais qui vous plante à tous les coups. 

J'assume donc seule les préliminaires : appel des différentes promotions, ramassage des cartes, distribution des codes à barres pour l'anonymat des copies, des feuilles de brouillon, des intercalaires, du papier à musique. Distribution des sujets. Grand calme, ça planche ou ça rêvasse.

Le jour se lève, dévoilant un ciel grisâtre. Mon corps se refroidit inéluctablement, malgré la superposition du célèbre themolactyl, des poils de chèvre, du duvet de canard. Il manque une couche : l'année prochaine, il faudra penser à un petit complément en renard ou en vison, histoire de peaufiner le tableau de chasse ;-)

Je jette un oeil en direction de ma collègue qui a bien fini par arriver, sans dire bonjour. Elle se recroqueville sur sa chaise, visage fermé, yeux rivés sur l'ordinateur, mains crispées sur le clavier. Comme tous les jours depuis que je la connais, elle porte une jupe courte, des collants 10 deniers maximum et des escarpins très hauts, très fins. Je repense au fait qu'elle exige toujours de faire cours au soleil. Ce matin, elle doit ronger son frein : l'amphi est plein nord.

Les yeux embués, l'esprit engourdi, je me sens tout simplement incapable de quoi que ce soit. Je n'ai qu'une envie : me rouler dans une couverture avec une bouillote. 9 heures sonnent à l'église voisine : encore 4h à tenir. Avec ces températures, le seul avantage, c'est que les étudiants ne traînent pas pour rendre leurs copies.


*******

Tartelettes aux deux oranges



Deux oranges plutôt qu'une : les oranges douces et le zeste de l'orange amère (c'est la saison). Des tartelettes colorées, toniques, savoureuses, mais pas agressives.

Seul le zeste de l'orange amère est utilisé. Il donne du goût, pas d'amertume, il sublime le goût de l'orange douce. Ces tartelettes fruitées font presque oublier le froid et la tristesse du mois de janvier.

Réservez le jus de l'orange amère pour vos marmelades d'agrumes : il y quelques recettes de marmelades avec et sans oranges amères ici. Et si rien ne vous dit dans tout cela, saviez-vous que l'orange amère est délicieuse dans une soupe, particulièrement une soupe de cucurbitacés ?

Ingrédients pour 4 personnes

Pâte sablée à ma façon :
- 2 portions de Vache qui rit
- 60g de beurre 1/2 sel bien froid coupé en petits morceaux
- 120g de farine T55
- 40g de sucre en poudre

Crème à l'orange :
- 2 oranges douces pour le zeste et le jus
- 1 orange amère (pour le zeste uniquement)
- 40g de sucre semoule
- 1 oeuf et 2 jaunes
- 12g de Maïzena
- 75g de beurre doux en morceaux très froid

Tranches d'orange confites :
- 2 oranges douces (1 pour confire, l'autre pour le jus seulement)
- 50g de sucre
- 50g d’eau

1. Préparez la pâte sablée en mélangeant tous les ingrédients du bout des doigts, jusqu'à former une boule. Étalez-la assez finement et garnissez-en 4 moules à tartelettes. Piquez le fond, tapissez de papier cuisson et de billes de céramique. Mettez au frais pour 1h.

2. Préchauffez le four à 180°C. Faites cuire les pâtes à blanc pendant 20 minutes environ. Laissez tiédir et démoulez. Entreposez les fonds de tarte sur une grille.

3. Préparez la crème à l'orange. Prélevez le zeste de l’orange amère en le râpant très finement, sans toucher aux parties blanches. Prélevez le zeste de l'orange douce de la même manière. Pressez cette dernière pour obtenir 12 cl de jus. Si vous n'avez pas assez de jus, pressez la 2e orange douce. Faites chauffer le jus d'orange et les zestes sur feu moyen jusqu’à frémissement. Pendant ce temps, fouettez ensemble le sucre semoule, l’oeuf et les deux jaunes, ainsi que la Maïzena. Hors du feu, ajoutez le mélange oeufs, sucre et Maïzena tout en continuant de fouetter. Replacez la casserole sur feu doux et faites cuire jusqu’à épaississement. Hors du feu, ajoutez le beurre froid et mélangez jusqu’à obtenir une texture lisse et brillante. Le petit plus : mixez la crème pendant 2 minutes, elle sera encore plus veloutée. Réservez-la au frais. 

4. Préparez les tranches d’orange confites. Coupez une orange douce en tranches très fines avec un grand couteau bien affûté ou au robot éminceur. C'est l'étape la plus difficile : arriver à faire de jolies tranches pas trop épaisses. Pressez le jus de la 2e orange. Faites chauffer 50g de sucre et 50g d’eau dans une grande poêle. Faites confire à feu très doux les tranches d'orange en les disposant en une seule couche dans la poêle, jusqu’à ce que tout le sirop soit absorbé ; puis arrosez avec le jus de l’autre orange. Laissez réduire à feu doux 5 minutes. Égouttez les tranches d’orange et réservez le sirop restant pour la finition des tartelettes. Laissez le tout refroidir.

5. Garnissez les fonds de tarte de crème à l’orange et déposez une tranche d’orange confite par dessus. Au moment du service, versez un peu de sirop pour faire briller les tartelettes (pas avant, sinon cela risque de nuire à la présentation finale).

... Pas d'oranges amères en vue ? Vous pouvez opter pour l'orange sanguine, ce sera différent, mais tout aussi délicieux. Vous pouvez d'ailleurs mélanger dans la crème le jus d'une orange sanguine et d'une orange douce. Pour les tranches d'orange confite, idem. Attention, c'est un peu plus délicat car les écorces des sanguines ont tendance à durcir lorsqu'on les fait confire. 



vendredi 4 janvier 2013

Clin d'oeil rétrospectif : biscuits de l'Avent 2012


Je n'ai pas pris le temps de publier ces recettes en décembre. Maintenant, ce n'est plus tout à fait la saison des biscuits de Noël, mais plutôt celle de la galette des rois, un truc que je n'affectionne pas vraiment et dans lequel je ne me lancerai pas cette année, ayant mille autre choses en souffrance.

En échange (ce qui ne vous consolera pas, mais tant pis), voici mes recettes de biscuits 2012. Elle pourront toujours servir en dehors de l'Avent. Et même si ce n'est pas le cas, au moins, elles vous attendront jusqu'à Noël 2013 (comment convertir un retard non maîtrisé en une ridicule et fausse longueur d'avance !).

Les proportions des recettes données ci-dessous vous permettront d'obtenir entre 20 et 30 biscuits environ, selon la grosseur que vous leur donnerez lors du façonnage.


Spritz vanille 



C'est la recette incontournable de Flo Bretzel. La V.O. est parfumée au thé vert (matcha) et très peu sucrée. J'ai remplacé le matcha par de la vanille et mis plus de sucre. Ces spritz ont remporté un succès énorme auprès de mini K. (et pas que...).

J'ai fait aussi une fournée au matcha dans le respect de la V.O. : j'ai bien aimé, mais ils ont été (ou)vertement boudés par la demoiselle... ce qui n'est pas vraiment une surprise, il faut bien le dire...

- 200g de farine T45
- 25g de fécule de pomme de terre (vous pouvez remplacer par de la maïzena)
- 1 cc de vanille en poudre
- 175g de beurre très mou mais pas fondu
- 90g de sucre (75 dans la recette originale)
- 1 blanc d’œuf (30g)
- ½ cc de fleur de sel

Préchauffez le four à 180° C. Mélangez le beurre, le sel, la vanille, le sucre et le blanc d'oeuf. Tamisez la farine et la fécule. Ajoutez au mélange précédent. Vous obtenez une pâte assez molle. Mettez-la dans une poche à douille avec un embout dentelé de 10 mm de large. Formez des « S » sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Mettez au four 10 minutes. Les spritz doivent à peine colorer. Laissez-les tiédir 10 minutes sur la feuille de papier cuisson puis déposez-les délicatement sur une grille et laissez refroidir avant de les ranger dans une boîte hermétique.


Sablés à la farine de maïs, au citron et à la cannelle



La consistance de ces biscuits est très proche de celle des spritz. En complément de la farine de blé ordinaire, on utilise ici de la farine de maïs : le résultat est encore plus fondant-croustillant qu'avec les spritz. Le citron, la cannelle et le sucre blond s'associent pour donner à ces biscuits une saveur douce et délicate.

- 200g de farine T45
- 30g de farine de maïs (de la farine, pas de la maïzena, ni de la semoule de maïs pour polenta)
- le zeste d’un citron bio ou non traité après récolte, finement râpé
- 180 g de beurre mou
- 2 pincées de cannelle
- 90g de sucre blond de canne
- 1 blanc d’œuf (30g)
- 1 pincée de sel

Préchauffez le four à 180° C. Mélangez le beurre et le sucre, le blanc d'oeuf, le sel, la cannelle, le zeste de citron. Ajoutez les farines. Pour faire des fleurs comme sur la photo, j'utilise une presse à biscuits de marque Marcato (il existe évidemment d'autres marques).

Vous pouvez façonner ces biscuits comme vous l'entendez si vous ne possédez pas un tel engin. Si vous utilisez des emporte-pièce, réfrigérez la pâte au moins 1h avant de passer au découpage, car la pâte est trop molle à température ambiante pour supporter ce genre d'opération. Mettez au four 10-12 minutes selon la taille des biscuits, qui doivent colorer très légèrement sur les bords. Faites refroidir et rangez comme les spritz.


Pepperkaka (biscuits aux épices)


Les pepperkaka sont des biscuits suédois aux épices. Pepper : point de poivre au sens strict, ici, mais des épices, notamment du clou de girofle, de la cannelle et du gingembre. Kaka : c'est le biscuit (même étymologie que cakeKuchen, Kekse, etc.)

Si vous fréquentez une certaine grande surface d'ameublement, vous savez qu'on trouve des biscuits qui portent ce nom à l'épicerie suédoise dès le mois de novembre. Pour apprécier pleinement la version maison, il vous faudra prendre de l'avance aussi, car les pepperkaka sont bien meilleurs quand ils ont traîné quelques jours : à peine cuits et refroidis, ils sont trop durs (on les croit ratés, mais non, il faut juste patienter). Leur consistance devient moins coriace au bout de 8 jours environ. C'est typiquement le type de biscuit à suspendre dans le sapin et à déguster tranquillement tout au long de la saison de Noël, en compagnie d'une tasse de thé ou de café.

Pour une vingtaine de biscuits :

- 25g de vergeoise brune ou de sucre roux
- 100g de Zuckerrübensirup*
- 25g de beurre
- 125g de farine
- 125g d’amandes en poudre
- 3g de bicarbonate de sodium
- 50g de gingembre confit taillé en tous petits dés
- 1 cc rase de cannelle
- ½ cc de mélange d’épices**
- le zeste d’1/2 citron jaune, finement râpé
- une dizaine d’amandes non mondées concassées

*C'est un sirop de betterave à sucre au goût assez prononcé et de couleur brune, que l'on trouve en Allemagne et dans les pays du Nord au rayon miel. A défaut, prenez du Golden Syrup. La mélasse (issue du sirop de canne), beaucoup plus amère, ne convient pas, ni le sirop d'agave, trop fade, ni le miel, trop typé.
**J'ai utilisé le mélange Hildegard von Bingen de Florisens, déniché à Biocoop : il contient seulement cannelle, girofle et muscade. Je le trouve excellent au goût (je hais les mélanges trop anisés, celui-ci ne contient ni anis vert, ni anis étoilé). Son nom me fait craquer aussi, évidemment ;-)

Faites chauffer le sucre, le sirop et le beurre dans une petite casserole. Ajoutez les ingrédients secs : épices, gingembre confit en petits dés, farine, bicarbonate de soude, amandes moulues et amandes concassées. Etalez la pâte obtenue entre deux feuilles de papier cuisson, sur 3-4 mm d’épaisseur environ.

Réfrigérez 1h pour que la pâte soit moins collante, puis découpez des biscuits à l’emporte-pièce. Disposez sur une plaque à pâtisserie garnie de papier cuisson et laissez reposer à température ambiante 3-4 heures. Préchauffez le four à 150° et faites cuire environ 20-25 minutes.

Quand ils sont bien refroidis, décorez les biscuits selon votre imagination : ici un glaçage royal (blanc d'oeuf battu en neige, additionné de force sucre glace) posé par les mains expertes de mini K, à qui j'ai acheté un kit de décor à pâtisserie pour enfants.



Etoiles à la crème aigre et au sucre perlé



- 150g de farine T45
- 1 cs rase de crème liquide + 1 cs rase de yaourt nature + 1 cc de jus de citron
- 80g de beurre très froid
- 1 jaune d’œuf (20g)
- 50g de sucre glace
- 3-4 cs de sucre perlé

Mélangez au fouet électrique la farine, la moitié du jaune d’œuf, le sucre glace, la vanille en poudre, le beurre, le mélange crème liquide + yaourt + jus de citron jusqu'à obtenir une pâte homogène. Etalez entre deux feuilles de papier cuisson et sur 3 mm environ. Mettez au frais pour 1h minimum.

A l’issue de ce temps, découpez des étoiles évidées ou des couronnes à l’aide d’emporte-pièces. Au besoin, remettez la pâte au congélateur quelques minutes au cours de l’opération : dès qu’elle se réchauffe, elle devient très molle et difficile à travailler. Disposez au fur et à mesure les biscuits sur une plaque garnie de papier cuisson. Dorez avec le reste de jaune d’œuf délayé dans quelques gouttes de lait puis saupoudrez de sucre perlé.

Mettez au four à 150° C chaleur tournante pendant 15 minutes. Laissez-les refroidir sur une grille avant de les ranger dans une boîte métallique. Ce sont des biscuits très agréables à croquer, très légers, avec un petit goût beurré-acidulé, mais ils ne se conservent pas très longtemps (4-5 jours), après quoi ils ont tendance à ramollir (certains aiment malgré tout).


Schokoladen-Kipferl (croissants au chocolat)



- 50g de chocolat noir à pâtisser (70% de cacao)
- 170g de farine T45
- 1 cs de poudre de cacao non sucré (type Van Houten)
- 50g d’amandes en poudre
- 30g de sucre
- 1 jaune d’œuf (20g)
- 100g de beurre doux
- 1 pincée de sel

Faites fondre le chocolat au bain-marie, lissez et laissez tiédir légèrement. Mélangez la farine, les amandes en poudre, le cacao, le sucre, le sel et le jaune d’œuf. Ajoutez le beurre en petits morceaux puis le chocolat fondu et tiédi. Formez une boule de pâte homogène puis étalez entre deux feuilles de papier cuisson et mettez au frais pour 1h environ.

Formez des petits croissants aux bouts effilés et disposez-les sur une plaque garnie de papier cuisson. Travaillez en plusieurs fois, en gardant une partie de la pâte au frais, car dès qu'on la manipule, elle se réchauffe et devient difficile à travailler.

Faites cuire à 175°C pendant 10 minutes environ. A la sortie du four, ces sablés sont très mous et fragiles. Surtout, n’y touchez pas. Laissez-les tiédir, puis placez-les sur une grille jusqu’à complet refroidissement (ils restent très friables et fragiles, mais ils sont très bons).


Sablés aux éclats de caramel




La recette a déjà été donnée ici. Pour cette fournée j'ai utilisé des pépites de caramel au beurre salé toutes prêtes et non un caramel fait maison. Je réédite la recette pour que vous puissiez vous y retrouver facilement.

- 250g de farine
- 180g de beurre
- 120g de sucre
- 1 pincée de vanille en poudre
- 2-3 cs d'éclats de caramel au beurre salé achetés ici (au lieu des 80g de sucre blanc + 20g d'eau)

Préchauffez le four à 180°C. Mélangez la farine, le beurre, la vanille et le sucre jusqu'à obtenir une consistance sablée. Ajoutez les éclats de caramel au beurre salé. Etalez la pâte entre deux feuilles de papier cuisson, sur 4-5 mm d'épaisseur environ, puis parsemez d'éclats de caramel au beurre salé. Découpez des biscuits à l'emporte-pièce.

Disposez sur une plaque à pâtisserie garnie de papier cuisson en les espaçant de 3 à 4 cm. Enfournez pour 10 minutes. Au bout de ce temps, les sablés ont une couleur légèrement dorée, ils sont mous et le caramel, sur le dessus, est à l'état liquide, c'est normal, on ne s'affole pas, ça va durcir en refroidissant.

Ils sont très très très bons, mais gare à vos couronnes dentaires ;-)


Imprimer les recettes

mardi 1 janvier 2013

Entrée en 2013. Carpaccio de Saint-Jacques gingembre, vanille et grué de cacao



Bienvenue en 2013 et meilleurs voeux à vous tous !

Ce n'est pas mon genre de prendre des résolutions pour le temps à venir. Mais 2012 a été source de nombreux déplaisirs et désillusions. Année de grand ras-le-bol, d'épuisement physique et moral, de remise en question. En 2013, je voudrais essayer de fulminer et ruminer moins souvent. De lâcher prise et de profiter un peu plus de l'instant présent.

Honneur, courage et légèreté. Trois mots pour résumer les deux années où j'ai été directrice du Département musicologie de l'Université de Poitiers : la devise a été bâtie par un collègue, non par moi, rassurez-vous. C'est avec soulagement que je laisse la responsabilité du Département à un autre collègue en ce début d'année 2013.

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles qu'elles sont impossibles. Une oreille qualifiée m'a asséné cette phrase avec véhémence, un jour de grande détresse. Elle avait tapé juste : sur le moment, j'en suis restée coite. Depuis, j'y repense souvent... Moins flatteuse et solennelle que la devise précédente, mais plus proche de ce que je suis, sans aucun doute...


*******


Le dernier billet 2012 était dédié aux Saint-Jacques, les voici à nouveau en vedette pour le premier janvier 2013. J'en achète souvent... par facilité : une fois nettoyées, elles ne demandent que très peu d'apprêt et de cuisine et ne génèrent aucun déchet. A Poitiers, on a de la chance, elles ne sont jamais très chères, même en période de fêtes. 


Carpaccio de noix de Saint-Jacques au gingembre, à la vanille et au grué de cacao



Pour 4 personnes :
- 25 noix de coquilles Saint-Jacques fraîches (impérativement)

Marinade :
- 1 cc d'huile de sésame
- 6 cs d'huile d'olive la plus douce et fruitée possible
- 2 cc de jus de citron
- 1/2 cc rase de sucre
- 1 cm de racine de gingembre frais passé au presse-ail (vous n'aurez pas toute la pulpe, c'est mieux)
- les graines d'1/2 gousse de vanille (choisissez de préférence une vanille "masculine" d'Afrique ou d'Amérique centrale)
- fleur de sel
- 1 à 2 c. à café de grué de cacao

1. Nettoyez parfaitement les noix de Saint-Jacques, lavez-les, épongez-les dans du papier absorbant et placez-les 30 minutes au congélateur pour les raffermir.
2. Mélangez les ingrédients de la marinade, sauf le grué de cacao. Goûtez et rectifiez éventuellement l'assaisonnement en sucre, sel et citron selon votre goût.
3. Détaillez les noix de Saint-Jacques en tranches fines (1 à 2 mm d'épaisseur) à l'aide d'un couteau très tranchant. Disposez sur des assiettes creuses de préférence. Arrosez de la marinade, parsemez de grué de cacao. Couvrez de film alimentaire et laissez au frais au moins 2 heures.
4. Sortez les assiettes 30 minutes avant dégustation, pour laisser les Saint-Jacques revenir à une température moins fraîche, elles n'en seront que plus goûteuses.